El Capistrano

Blog dédié à Jean-Marc Le Bihan...

13 sept. 2006

Que faut-il te dire

Les flics enferment avec la loi, Les prisonniers font les hauts murs Pendant que chantent les bourgeois L'hiver s'annonce encore plus dur. Dans des taudis restent les vieux Emmitouflés dans un manteau Ils se finissent devant le feu Ils restent seuls avec leur peau. Que faut-il te dire pour que tu comprennes Pourquoi je t'aime ? La vie est un champ de misère Plus le temps passe, plus on détruit Les hommes ont pollué la Terre L'argent les pousse à la folie Tout doit se faire avec violence Les plus forts ont toujours raison Plus de... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 22:35 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

02 août 2006

Ecoute le coeur des gens

Écoute ! Ecoute le coeur des gens qui chiale. II est blotti depuis si longtemps au fond d'eux mêmes qu'il ne sait plus quoi dire. Ecoute, il n'y a pas les bons ou les mauvais, le bien ou le mal. ll y a la vie. La Sienne, celle qui nous fait du bien, celle qui nous fait du mal. II y a dans chaque être qui cherche son chemin autant de coups de poings que de poignées de mains. Ecoute ! II n'y a pas ceux qui sont tristes, ceux qui sont gais. II y a des mots de détresse et des mots d'allégresse II y a la tendresse qui se blesse à chaque... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 16:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 avr. 2006

Femmes

Femme meurtrie dans ses entrailles, Femme qui pleure l'enfant perdu Femme égorgée par ceux qui tuent Et qui sont fiers de leurs batailles Femme éternelle sèche tes larmes Femme à genoux ne prie plus Au nom de celles qui se sont tues Femme courage ! Femme courage Femme qui navigue en quarantaine Entre un divorce et dix chômages Femme qui vit sans avantage Et qu'on a mise en quarantaine Femme mariée en triste noce Trop jeune encore et sans savoir Femme qui ne parle qu'à son miroir Femme que l'on tient avec des gosses. Tu es la... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 05:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 mars 2006

La misère et la mort

La misère c'est comme la mort Moins on en parle, mieux on se porte. Les mains tremblantes du vieillard, C'est du ciné, une vieille histoire. On ne va pas chercher plus loin, II peut crever notre prochain, Dieu le protège, j'y suis pour rien. II peut crever notre voisin Mais n'oublie jamais que le vieillard qui va mourir II te ressemble... La peur c'est comme le reste, Faut pas jouer à ces jeux là. On se protège avec son pèse, Mais la peur ne s'achète pas. Tu peux bien rire dans ton plastron, Tout passe, un jour, tu passeras. Tes os... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2006

La vieille djellaba

Le vieil homme réfléchit Assis face à la mer Il voit son Algérie Coeur sanglant sur la terre Il a les larmes aux yeuxMarseille s’est endormie Il vague comme il peut Son bateau c’est l’esprit Sa vieille djellaba Il l’a toujours portée Comme ton costume de soie ton jean’s délavé Et quand il a souffert Aux rires des imbéciles Son visage berbère parlait toujours kabyle Surtout ne l’oublie pas Car tu es né de lui Dans ta banlieue p’tit gars Si un jour tu l’oublies Tu auras tout perdu Ton père, ta mère, ta terre,Et si tu n’en peux... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 08:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 mars 2006

Regarde-toi

Et les jours passent et les jours vont La vieille femme en robe sombre Regarde rire les jeunes gens Elle va la vie avec le temps Elle va la vie avec le temps. Que croyais-tu toi la jolie Toi la si belle qu'aimais la vie Que l'on pouvait garder toujours Tous ses beaux traits désir d'amour Tous ses beaux traits désir d'amour. Tes courbes fines se sont voilées Les rides creusent ta beauté Tes yeux blanchis par la tristesse Des jours d'ennui longs, sans tendresse je sais c'est dur quand dans la glace Ne reste plus de son visage... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2006

Le souvenir d’Hélène

Je cherche dans le noir le Souvenir d'Hélène je le cherche chaque soir quand mon coeur est en peine Nous étions deux amis que le temps n'a tués Nous étions deux amis, je crois que j' l'ai aimée. Je recherche souvent le Souvenir d'Hélène Tous ceux qui me sourient se moquent par derrière Elle, c'était en mon coeur ma joie, mon espérance Elle, c’était le bonheur que l'on rêve à vingt ans. Je recherche à présent le Souvenir d'Hélène Et que passe le temps, et que s'enfuit Hélène je suis seul exilé, je suis loin de la terre je suis... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2006

Chanson surréaliste

C'était un joyeux C.R.S. Qui avait refusé d' charger.Il n'aimait pas botter les fesses des étudiants, des ouvriers.Pendant que ses copains chargeaient, Il s'en était allé pécher, dans la rivière du poisson frais, Loin de la ville et des casse-pieds. Le vent taquinait sa casquette,Les oiseaux chantaient pour lui seul.II avait une âme de poète, Sans prétention et sans orgueil. Un C.R.S. au coeur d'artiste,C'est à faire rire un poulailler. Pourtant, parole de moustique, II était plus doux qu'un baiser. Quand il attrapait un... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 19:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 mars 2006

Lettre enfantine

Je voudrais ta tête sur mon épaule, je voudrais te serrer contre moi, ne plus jouer quitter le rôle, pour te connaître devenir toi. Je voudrais traverser la terre, tenir ta main et la serrer, foutre en l'air toutes les frontières qui nous empêchent de nous toucher, Je voudrais te parler sans cesse, pour mieux t'entendre, t'écouter réhabiter à ton adresse, ne plus jamais te voir pleurer. Je voudrais toute la tendresse, tous les frissons te les donner, faire partie de toutes tes détresses celles que tu as gardé cachées, je voudrais... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 18:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 mars 2006

Angoisse de vivre

Dans les bistrots, les hommes à bout de souffle Brûlent leur vie en quelques cigarettes.Dans ce monde où les sentiments s'essoufflent, La liberté vit dans une oubliette. Dans les bastringues, les humains se déglinguent Buvant un vin qui n'a plus aucun goût, A chaque verre, c'est un coeur qui se flingue C'est un passé qui pisse de dégoût. Dans les troquets, on maquille sa détresse En bouteille d'alcool pour oublier, Que lorsque les sentiments les délaissent.La solitude baise avec les paumés. Aussi vrai que quand on est seul, On... [Lire la suite]
Posté par elcapistrano à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]